Voyage

Aux racines du Jazz et du Blues : La Nouvelle-Orléans

0 24

Ancienne colonie française, La Nouvelle-Orléans continue d’offrir de nos jours un visage résolument atypique où se mélangent une torpeur débonnaire la journée et une activité débordante en soirée.

Ce qu’il faut prévoir

En tant que ressortissant français, il faut savoir que vous n’aurez pas besoin de visa pour vous rendre en territoire américain. Néanmoins, il vous faudra tout de même faire des démarches administratives pour vous procurer un document électronique, l’ESTA. Pour plus d’information, vous pourrez consulter l’article Formulaire ESTA : où et comment se procurer l’autorisation de séjour ?

Il est très souvent conseillé aux touristes qui se rendent aux États-Unis de louer une voiture. Mais il se trouve que la Nouvelle-Orléans est l’exception qui confirme la règle. Bien qu’un véhicule de location vous apportera un plus en termes de mobilité, il reste cependant possible de visiter l’essentiel à pied ou via les transports en commun, dont les kitchissimes tramways rouges.

Si vous envisagez de visiter les zones marécageuses, les fameux bayous, compte tenu du climat chaud et humide, et de la prolifération des moustiques dans ces zones, n’oubliez pas votre antimoustique.

Le Vieux Carré français

La Nouvelle-Orléans est réputée pour être la plus française des métropoles américaines. Son nom l’atteste ! Tout comme le nom de « Louisiane », l’état dans lequel se trouve la ville, appelé ainsi en l’honneur de Louis XIV.

Il n’est pas rare de croiser des personnes parlant un dialecte dérivé du français comme le français cadien ou le créole (pour être exact, deux types de créoles se retrouvent en Louisiane).

Mais mieux encore, il existe à La Nouvelle-Orléans un quartier typiquement français, le French Quarter ou le Carré français. Si vous visitez la ville après un séjour dans d’autres villes américaines, le dépaysement est assuré puisque vous aurez l’impression de vous retrouver en France, ou à tout le moins, en Europe. L’architecture y est proche de celle nos villes, avec ses jardins à la française, ses arcades, ou encore les façades de maison dans un style Ancien Régime.

À l’est du Carré français se trouve la rue à ne pas manquer le soir : Frenchmen Street. C’est l’endroit où se concentre l’essentiel des bars de la ville, dont les portes restent ouvertes, quelle que soit la température extérieure. Les concerts de jazz et de blues se déroulant à l’intérieur rendent l’ambiance toujours chaleureuse.

Plantations

En périphérie de la ville, il est possible d’embarquer sur le Mississippi sur un bateau à vapeur propulsé par de grandes roues, l’iconique steamboat. Vous pourrez faire escale dans les plantations pour mieux vous rendre compte de l’époque pas si lointaine de l’esclavage. Lieux très chargés en émotion et en belles images.

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Découvrir le glamping pendant un séjour romantique

    Né il y a six ans dans les pays anglophones, le glamping fait désormais son apparition en France pour le plus grand plaisir des amoureux. Il s’agit d’une version haut de gamme et insolite du camping afin de passer un séjour unique tout en profitant d’un certain confort à travers la nature. Une nouvelle idée…

  • Le robot aspirateur rencontre un succès de plus en plus grand

    Si les premiers modèles de robots aspirateurs ne datent pas d’hier, ils n’avaient pourtant pas immédiatement convaincu. Leurs faibles performances, leur utilisation parfois laborieuse et leur prix élevé rendaient ces produits peu attractifs. Ainsi, la première génération d’aspirateurs robots était davantage passée pour une curiosité qu’une innovation majeure. Pourtant, aujourd’hui, les choses sont en train…

  • Les règles douloureuses ou dysménorrhée

    Les règles douloureuses touchent entre 50 et 91% des femmes et s’accompagnent généralement de douleurs pelviennes, abdominales ou lombaires. Il était devenu « normal » que les menstruations soient accompagnées de douleurs pour une majorité de femmes. Cela étant du à un tabou qui s’est installé petit à petit et couvrait de silence cette période récurrente chez…